comprendre la vente en Viager

Aujourd’hui, de plus en plus de Français s’intéressent à la vente en Viager pour devenir rentiers immobiliers. Avant de vous investir dans ce type d’investissement, vous devriez bien comprendre la vente en Viager pour ensuite en tirer le meilleur profit.

Le principe de la vente en viager

Dans un viager libre, le vendeur s’appelle « crédit-rentier » et est amené à vendre un bien immobilier à l’acheteur qui propose le prix le plus compétitif sur le marché de l’immobilier. Il recevra alors une part du prix de son bien au comptant qu’on appelle « bouquet ». Ce montant peut varier entre 0 à 50 % de la valeur du bien. Le reste du montant constituera des revenus versables par mois jusqu’à ce que le vendeur décède. Ces revenus seront calculés sur la base de l’espérance de vie estimée par l’INSEE.

La vente en viager est-elle réellement avantageuse ?

La vente en viager diffère bel et bien des autres types d’investissement. En clair, l’acquéreur ou le « débit-rentier » devra verser deux sortes de capital au crédit-rentier. Cette option est particulièrement avantageuse pour ce dernier étant donné qu’il percevra des revenus mensuels jusqu’à la fin de sa vie, à part le fait de recevoir le « bouquet ». Et même si son bien immobilier a été cédé au débit-rentier, il conservera tout de même deux types de droits : l’usus et le fructus. L’usus est le droit d’habitation associé à la nue-propriété et le fructus est le droit de percevoir des loyers.

Devenir rentier grâce à la vente en viager, est-ce une bonne option ?

La vente en viager permet au crédit-rentier de bénéficier d’une ressource importante pour vivre sa retraite d’une meilleure façon. Il pourra disposer d’un revenu régulier et vivre en même temps dans l’endroit auquel il est attaché jusqu’à son dernier souffle. Incontestablement, la vente en viager est la solution idéale pour tout propriétaire qui désire devenir rentier immobilier à vie. Pour ne pas trop être égoïste aux yeux de ses enfants, le crédit-rentier peut leur déléguer la valeur du bouquet. De plus, cette option ne requiert aucune démarche administrative imposante.

Concernant les taux d’inflation sur le marché boursier, vous pouvez limiter leur effet sur vos revenus en optant pour un versement variable, indexé par rapport à un indice de consommation mis au point par l’INSEE. Sachez également que le calcul des rentes et de la valeur du bouquet est totalement négociable en fonction de vos besoins et des capacités financiers du débit-rentier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *