Tout savoir sur l’hypnose

L’hypnose est autrefois connue comme une pratique surnaturelle, et même d’ordre de la sorcellerie. À l’aube du 21ème siècle, elle est devenue une thérapie efficace pour soigner des maladies notables comme le stress ou encore les crises d’anxiété. Zoom sur l’évolution de l’hypnose à travers le temps et ses variantes les plus connues.

Introduction à l’hypnose

L’état d’hypnose présente des similarités avec le sommeil. Les deux diffèrent seulement par l’aspect physiologique de la personne. En effet, l’hypnose permet au sujet d’être à la fois conscient de la réalité et de pouvoir d’aventurer dans l’imaginaire de ses pensées. Cette situation est décrite comme un « état de dissociation ». Elle est aussi appelée un état d’hyper concentration détendue. En fonction de chacun, ce dernier peut atteindre certains degrés en fonction du niveau de concentration. En pleine hypnose, une personne peut ainsi ne pas voir le temps passé, tellement il est absorbé dans ses pensées.

L’hypnose fait ainsi voyager l’esprit. Elle déconnecte la personne de la vie réelle, de l’environnement aux alentours. Ainsi, le sujet peut sillonner les profondeurs de son corps et son esprit en vue de rectifier les éventuels blocages à leur source. C’est pourquoi l’hypnose possède de grandes vertus thérapeutiques.

Les différentes formes de d’hypnose

L’hypnose classique

Cette forme d’hypnose est retrouvée dans l’hypnose de spectacle. L’hypnose classique opère à travers des suggestions exprimées de manière directe et autoritaire, des ordres en d’autres termes. L’hypnotiseur fait transiter l’imaginaire dans la réalité pour « tromper » la perception de la personne ciblée et réussir un coup de magie. La personne hypnotisée semble se trouver totalement sous l’emprise de l’hypnotiseur. Il exécute ainsi inconsciemment les dires de l’hypnotiseur.

La nouvelle hypnose Ericksonienne

L’hypnose Ericksonienne tire son nom du célèbre médecin psychiatre américain Milton Hyland Erickson Cette pratique est un renouveau en la matière. En effet, cette hypnose stipule que l’être humain a de nombreuses ressources pour soigner des maladies chroniques graves. L’induction est la forme d’approche utilisée dans ce type d’hypnose. LA transition vers un état d’hypnose se fait plutôt en douceur. La réflexion consciente laisse peu à peu place à un imaginaire de solutions propulsé par des croyances limitatives.

L’hypnose Ericksonienne est considérée comme la nouvelle hypnose. Cette dernière est plus utilisée dans la publicité des thérapies hypnotiques actuelles. Elle présente aussi quelques divergences, certes minimes, avec l’hypnose Ericksonienne.

Indications et contre-indications de l’hypnose

L‘hypnose est surtout utilisée pour traiter les difficultés d’ordre psychologique et somatique. La gestion du stress, les crises d’angoisse, les phobies, la dépression ou encore les difficultés sexuelles en sont des exemples concrets. Toutefois, il faut savoir que l’hypnose n’est pas toujours conseillée dans certains cas. Il y a ainsi des contre-indications notables, dont notamment la recherche de souvenirs enfouis. Pourtant, de nombreuses idées interprètent l’hypnose comme un outil pour retrouver des souvenirs perdus ou enfouis.Les objets de consultation dont le sujet principal est de retrouver d’éventuels souvenirs sont très fréquents. Le risque est,en effet, alors d’aboutir à de faux souvenirs, des fantasmes, en résumé être induit en erreur par des préférences. L’usage de l’hypnose peut être à l’origine de la folie ! Cet usage est donc jugé inadapté concernant l’hypnose. Par ailleurs, l’hypnose n’est pas aussi indiquée pour les sujets présentant des pathologies mentales, notamment les psychoses à un stade avancé (shizophrénie, paranoïa). Toutefois, il est à noter que l’hypnose peut encore intervenir à des phases modérées de ces pathologies, sachant que les médicaments sont traitements médicamenteux restent des alternatives plus favorables.

L’hypnose en pratique

Avant de se lancer dans le vif du sujet, les consultations en matière d’hypnose passent d’abord par une prise de contact au préalable avec le thérapeute dans academie-epione.com. En effet, celui-ci aura besoin d’avoir un tant soit peu d’informations sur le patient, ses difficultés, ses vécus, ses habitudes, etc. Cette première approche est appelée anamnèse. Elle détermine si l’hypnose est vraiment le traitement à privilégier par rapport aux problèmes partagés.

Ce n’est qu’après cette introduction que le patient sera vraiment amené à s’initier à l’expérience de l’hypnose. Généralement, les séances sont source de bien-être et de détente. L’hypnose se pratique souvent en position allongée ou assise. Le thérapeute utilisera diverses techniques d’approche comme la fixation d’un point, la concertation au niveau des mains… Il guidera petit à petit le patient vers un changement de sensations pour ensuite se retrouver dans un état de transe hypnotique intérieure.

Bons à savoir

L’hypnose est fréquemment utilisée en complément avec d’autres approches psychothérapeutiques telles que les thérapies comportementales et cognitives, la technique des mouvements oculaires (EMDR), voire la psychanalyse, au travers de l’hypno-analyse. L’hypnose peut donc toucher les aidants et les aidés à mieux gérer leur stress, à retrouver à l’intérieur un espace que les contraintes de la relation d’aide ou du handicap peuvent faire perdre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *