mbsr lausanne

10 choses qui peuvent interférer avec votre mbsr à Lausanne

Bons plans

10 choses qui peuvent interférer avec votre mbsr à Lausanne

Avez-vous l’impression que votre pratique de la pleine conscience n’est pas aussi fructueuse que vous l’aviez espéré ? Certaines choses vous empêchent-elles de vous concentrer et d’être présent ? Dans cet article de blog, nous allons explorer 10 interférences courantes qui peuvent faire obstacle à votre succès avec la mbsr. Le fait de connaître à l’avance ces obstacles potentiels peut vous aider à être plus conscient lorsqu’ils se présentent et à prendre des mesures pour y remédier. Donc, sans plus attendre, voici 10 choses qui peuvent interférer avec votre pratique de la réduction du stress basée sur la pleine conscience !

1) Manque de tempsIl s’agit de l’obstacle le plus courant à la pratique de la pleine conscience et il peut être délicat à surmonter.

Selon les normes de notre société, 24 heures ne semblent pas suffire pour le travail, la famille, les amis, l’exercice ou les activités sportives, la relaxation ou la préparation au sommeil, les activités créatives, etc Qui a le temps de s’adonner à la pleine conscience ?

Nous avons de bonnes nouvelles… il est possible de changer votre perspective de la pratique de la pleine conscience afin qu’elle devienne quelque chose que vous voulez faire au lieu de quelque chose que vous vous sentez obligé de faire. MBSR Lausanne offre des opportunités tout au long de la semaine pour les personnes intéressées par l’apprentissage de la pleine conscience mais qui sont trop occupées par d’autres choses dans la vie.

2) Manque de soutien de la part de la famille et des amis

Même lorsque vous avez le temps de pratiquer la pleine conscience, il peut être difficile d’aller au bout de vos intentions si vous ne vous sentez pas soutenu par vos proches. La meilleure façon d’aborder cette question est de partager votre enthousiasme pour la pratique de la pleine conscience et de demander leur aide.

Si un proche n’est pas enthousiaste à l’idée de mener une vie plus attentive avec vous, essayez au moins de parler de ce qui vous a bien réussi ou de la façon dont MBSR Lausanne vous a aidé, au lieu de vous plaindre qu’il ne vous soutient pas suffisamment. Pour que les autres vous soutiennent davantage, il est important qu’ils voient votre enthousiasme et votre volonté de faire des changements dans votre vie, visitez le site pour en savoir plus.

3) Sentiment de ne pas être doué pour la méditationPour certaines personnes, le fait de ne pas se sentir bien dans quelque chose suffit à les empêcher d’essayer.

Avec MBSR Lausanne, ce n’est jamais le cas !

Vous pratiquerez la pleine conscience avec d’autres personnes dans un environnement sûr et favorable. Peu importe que vous trouviez votre esprit vagabond ou que vous soyez stressé par le temps que vous devez passer sur votre coussin de méditation. L’important est que vous reveniez sans cesse à votre intention d’être attentif tout au long de la journée, quoi qu’il arrive (la stratégie pour cette technique se trouve ici).

La motivation est la force vitale qui nous donne l’énergie d’agir, et sans elle, vous pouvez facilement vous décourager. Lorsque vous vous sentez démotivé, imaginez ce qui se passera si vous ne pratiquez pas la pleine conscience aujourd’hui. Votre vie va-t-elle se dégrader ? Des difficultés apparaîtront-elles dans tous les domaines de votre vie ?

Si le fait de ne pas pratiquer la pleine conscience vous rend malheureux, du moins temporairement, pourquoi ne voudriez-vous pas apporter plus de bonheur dans votre vie en faisant de la pleine conscience une priorité ? La motivation est également utile lorsqu’il s’agit de mettre en place ou de maintenir une routine d’exercice (vous pouvez lire ici comment l’hôpital universitaire de Lausanne s’y prend).

4) Trop de stress ou trop de soucis.

C’est la principale raison pour laquelle vous ne pratiquez peut-être pas régulièrement la pleine conscience.

Si votre quotidien vous donne l’impression de perdre le contrôle et que votre niveau de stress vous semble insurmontable, c’est le moment de vous recentrer sur ce qui compte le plus en vous posant les questions suivantes : De quoi suis-je conscient ? Qu’est-ce que je veux faire pour qu’il se passe quelque chose aujourd’hui ? Comment ma vie changera-t-elle si je pratique la pleine conscience de façon plus régulière ?

Vous n’avez pas besoin de croire que le programme MBSR ou tout autre type de méditation va guérir votre stress et vos soucis pour qu’ils disparaissent (même si nous le souhaitons !). Même si vous ne pratiquez la pleine conscience que 10 minutes par jour, vous ressentirez un certain degré de soulagement des facteurs de stress quotidiens.

5) Difficulté à dormir, à rester endormi ou à se réveiller pendant la nuit.

Le sommeil est important pour votre santé mentale et pour votre bien-être physique. Si vous avez des difficultés à dormir, méditer le soir peut vous aider à vous détendre et à vous endormir plus facilement. Vous pouvez découvrir comment gérer l’insomnie en lisant cet article de l’hôpital universitaire de Lausanne

Qu’il s’agisse d’une barre chocolatée à 16 heures, d’un café au lait le matin ou d’un verre de vin le soir, une consommation excessive de sucreries ou de boissons qui vous stimulent alors que vous êtes déjà stressé peut rendre plus difficile le retour au calme après le travail.

6) Manque de motivation pour votre pratique.

Lorsque vous vous dites : « Je n’ai pas assez de temps pour cela », rappelez-vous les nombreuses façons dont la pratique de la pleine conscience peut améliorer votre vie. Vous pouvez commencer par penser à une petite façon dont elle a déjà amélioré votre vie.

Faire cela quotidiennement vous aidera à vous mobiliser pour poursuivre votre pratique de la méditation. Peu importe que vous soyez en retard ou que vous manquiez de temps ; tout ce qui compte, c’est que vous sachiez comment méditer et que vous le fassiez réellement. Vous pourrez alors vous concentrer sur l’essentiel : l’exploration de votre corps et de votre esprit par la méditation de pleine conscience (pour ceux qui ont besoin d’un peu plus d’encouragement, lisez pourquoi il vaut la peine de se battre pour la pleine conscience).

7)Manque de motivation pour votre vie.

La motivation et l’engagement vont de pair. Si vous ne vous sentez pas motivé, engagé ou dévoué à votre pratique, il est fort probable qu’il soit temps de réévaluer pourquoi vous méditez. Quelle est la raison la plus importante qui vous pousse à continuer ? Est-ce parce que la pratique de la pleine conscience vous a ouvert de nouvelles voies de paix et de joie ? Ou bien attendez-vous davantage de la méditation qu’un simple sentiment de bien-être ?

Si vos réponses vous ramènent à vous-même – si ce qui vous motive est une façon de penser qui nécessite un certain développement personnel – c’est peut-être le signe que la méditation n’est pas si attrayante pour le moment. Dans ce cas, essayez le yoga ou d’autres exercices jusqu’à ce que votre motivation revienne !

8) Être trop occupé par les tâches quotidiennes pour trouver du temps pour la méditation.

La méditation n’est pas une activité qui entrave votre emploi du temps quotidien. C’est plutôt le contraire. Lorsque vous avez une raison de méditer, vos séances de méditation sont des raccourcis pour devenir attentif aux tâches ou aux interactions de tous les jours, sans avoir à leur trouver un nouveau moment dans votre emploi du temps.

Si cette piètre excuse d’être trop occupé vous empêche de méditer, essayez de vous concentrer sur l’importance de la pleine conscience dans votre vie et sur les autres endroits où elle peut vous aider à réduire le stress (indice : partout et à tout moment). Par exemple, réfléchissez à ce qui rythme vos journées Il s’agit peut-être de se précipiter quelque part ou d’être coincé dans les embouteillages, deux situations qui appellent la pleine conscience ! Et n’oubliez pas pourquoi la pleine conscience est importante pour vous.

9) Difficulté à faire face à la douleur et à l’inconfort dans les postures assises.

Les méditations assises demandent beaucoup de patience et peuvent représenter un défi pour les méditants débutants. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles vous pouvez être mal à l’aise : la position elle-même, une blessure subie pendant la pratique ou un trouble de l’humeur tel que l’anxiété, la dépression, etc.

Si c’est le cas, rappelez-vous que la pleine conscience ne consiste pas seulement à s’asseoir et à fermer les yeux (bien que cela soit utile). Vous pouvez également essayer différents styles de méditation, comme la méditation par la marche, qui consiste à marcher en pleine conscience, le balayage du corps, qui vous permet de vous concentrer sur chaque partie de votre corps, et même la méditation par l’écoute.

10) Perdre le contact avec l’objectif de votre pratique au fil du temps.

La pleine conscience consiste à prêter attention d’une manière particulière, dans un but précis, au moment présent et sans porter de jugement. Cette attention vous permet de savoir ce qui se passe au moment où cela se passe. Ainsi, si votre esprit se met à juger si vous faites les choses « correctement » ou à s’inquiéter de quelque chose qui s’est produit plus tôt dans la journée, cela fait partie de la nature humaine. Cela ne signifie pas que la pleine conscience ne fonctionne pas pour vous ; continuez simplement à vous exercer, là où vous êtes ! Ici, au centre, nous aidons

Conclusion sur : « 10 choses qui peuvent interférer avec votre mbsr à Lausanne« 

Il n’est pas facile de maintenir une pratique de pleine conscience, mais avec du dévouement et de la conscience, vous serez en mesure de le faire fonctionner. Ces 10 interférences courantes peuvent parfois vous empêcher de pratiquer la pleine conscience avec succès ; cependant, les connaître à l’avance peut vous aider à surmonter ces obstacles afin que votre mbsr soit une réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.