Qu'est-ce que la psychothérapie énergétique ?

La Psychothérapie Énergétique est une intégration des méthodes de la Psychologie Energétique dans la psychothérapie. Ces méthodes peuvent être intégrées dans la plupart des formes de psychothérapie afin de réunir les connaissances de la psychothérapie occidentale et le pouvoir doux de se connecter au système énergétique subtil du corps.

La psychologie énergétique est un ensemble d’approches corps-esprit qui se concentrent sur la relation entre les pensées, les émotions, les sensations et les comportements, et les systèmes bioénergétiques connus (chakras, méridiens et biochamp). Le principe sous-jacent de toutes ces méthodes est que les traumatismes sont codés dans notre système énergétique et peuvent être libérés en stimulant doucement le système tout en se concentrant sur la question.

Phil Mollon, psychanalyste et psychologue clinique, écrit : “Beaucoup d’entre nous, ayant travaillé pendant des années avec d’autres méthodes psychanalytiques ou cognitives, trouvent que la psychologie énergétique semble offrir des résultats plus rapides, plus profonds et plus doux que ce que nous ou nos clients avons connu jusqu’à présent”. Psychothérapie énergétique psychanalytique 2008.

Le guide de NICE sur le traitement du SSPT publié en décembre 2018 inclut les interventions de psychologie énergétique (qu’ils appellent “thérapies somatiques et cognitives combinées”) parmi les interventions les plus rentables et encourage la poursuite des recherches.

Quelle énergie ?

“L’univers est un ensemble dynamique indivisible dans lequel l’énergie et la matière sont si profondément enchevêtrées qu’il est impossible de les considérer comme des éléments indépendants”. (Bruce Lipton, 2005 – Biologiste cellulaire)

Il existe deux formes d’énergie distinctes qui interviennent dans la psychologie énergétique :

(1) L’énergie électrique et électromagnétique – Elle est relativement bien comprise et peut être détectée par des instruments appropriés. Nos cellules contiennent des centaines de milliards de neurones qui se connectent chacun électrochimiquement avec jusqu’à dix mille autres neurones, créant ainsi un système électrique complexe. Partout où il y a un courant électrique, il crée et est entouré par un champ électromagnétique.

(2) Énergie subtile qui, comme la gravité, se manifeste par ses effets, mais qui reste inexpliquée jusqu’à présent. Ces énergies, bien qu’en dehors du paradigme occidental, ont été reconnues depuis longtemps dans d’autres cultures, par exemple en Chine, comme le Qi – la base de l’acupuncture.

Méthodes de psychologie énergétique

Des procédures simples sont utilisées pour guider le client afin de stimuler doucement son propre système énergétique tout en concentrant l’esprit sur le problème cible. Souvent, cela permet de libérer rapidement la structure psycho-énergétique sous-jacente qui génère ou maintient le problème actuel.

Lors de présentations complexes et d’expériences traumatisantes majeures, il est possible de travailler lentement et doucement, en se concentrant sur un élément de la matrice complexe des souvenirs, des sentiments et des comportements à la fois pour libérer l’énergie qui est retenue par cet élément. Cela affaiblit progressivement la puissance du complexe, tout comme un morceau de tissu mal tissé s’effondrera si l’on en retire suffisamment de fils.

Les psychologues énergétique prêtent également attention aux facteurs qui peuvent bloquer complètement le processus de guérison jusqu’à ce qu’il soit corrigé. Il existe deux types de blocages :

(1) Les perturbations du flux énergétique du corps, qui peuvent être facilement corrigées par des exercices simples.

(2) Les renversements psychologiques qui expriment le pouvoir d’auto-sabotage de l’esprit. Les blocages les plus courants sont les croyances à la guérison :
“Ce n’est pas sûr”,
“Je ne mérite pas”,
“Je ne serai plus moi” (identité violée),
“Je suis trop en colère pour guérir”,
“Je veux continuer à exprimer ma souffrance à travers mes symptômes”

Tests musculaires (MT)

Le test musculaire, également appelé “test énergétique”, est dérivé de la kinésiologie appliquée et est utilisé dans de nombreuses méthodes de psychologie énergétique pour enquêter sur le système énergétique. Le test musculaire est basé sur la constatation (vérifiée depuis par des appareils informatisés de test de la force musculaire) que les muscles sont plus forts lorsqu’ils répondent à une déclaration vraie qu’à une fausse. Ceci peut être compris comme une forme de bio-feedback. Le test musculaire est plus un art qu’une science et peut être faussé, comme toute forme de communication, par des erreurs et des malentendus et par le manque de compétence du testeur. Cependant, utilisé avec sensibilité et respect, il peut aider à orienter le travail en fournissant des hypothèses de travail sur la manière de procéder et de suivre les progrès.

En 2016, Anne Jensen a obtenu un DPhil du département de médecine factuelle de l’Université d’Oxford pour sa thèse démontrant “l’exactitude et la précision de la réponse des tests musculaires manuels de type kinésiologique”.

Une très brève histoire des thérapies énergétiques

1964 George Goodheart, un chiropracteur, s’intéresse aux changements de la force musculaire de ses patients. Il développe une nouvelle méthode appelée “Kinésiologie appliquée” qui intègre les idées de la médecine chinoise sur les méridiens.

Le Dr John Diamond, psychiatre, a été le premier à passer de l’aspect physique de la kinésiologie appliquée à son application aux problèmes émotionnels et psychologiques.

1979 Roger Callahan, psychologue clinicien, a guéri une patiente d’une phobie de l’eau grave et de longue date en l’invitant à tapoter sur l’extrémité de son méridien de l’estomac. Il a ensuite développé une méthode appelée “Thought Field Therapy” (TFT) pour étendre cette découverte fortuite à d’autres patients.

Gary Craig était un étudiant de Roger Callahan et a développé une forme simple d’auto-assistance de TFT qu’il a appelé Emotional Freedom Technique (EFT).

Il y a maintenant eu beaucoup d’autres adaptations et intégrations d’idées et de pratiques de la psychologie énergétique dans d’autres formes de thérapie. Parmi les plus sophistiquées d’un point de vue thérapeutique, citons la thérapie intégrative avancée (AIT) d’Asha Clinton et la thérapie énergétique psychanalytique (PEP) de Phil Mollon. Les cours de la filière convergente enseignent aux psychothérapeutes et autres professionnels de la santé mentale à intégrer les méthodes de psychologie énergétique dans leur propre cadre thérapeutique

Base de données

La psychologie énergétique est désormais soutenue par un important corpus de recherche contemporaine avec plus de 60 études, dont de multiples essais contrôlés randomisés publiés dans des revues à comité de lecture, confirmant l’efficacité de ces traitements. Considérées comme un ensemble de connaissances, ces conclusions suggèrent que la psychologie énergétique répond aux critères d’un traitement fondé sur des preuves. Voir le site de l’ACEP pour plus d’informations sur ces recherches.

Dans une étude*, les chercheurs ont mesuré les niveaux de cortisol, l’hormone du stress, avant et après le traitement. Quatre-vingt-trois participants ont été répartis en trois groupes : le premier groupe a reçu une heure de tapotements EFT ; le deuxième groupe a reçu une heure de psychothérapie (thérapie “par la parole”) ; le troisième groupe (groupe témoin) n’a reçu aucun traitement. Le groupe ayant bénéficié d’une heure de tapotements EFT a montré une diminution de 24 % des niveaux de cortisol, ce qui était nettement mieux que les deuxième et troisième groupes qui ont montré la diminution régulière des niveaux de cortisol qui se produit avec le temps. Les résultats de l’étude ont montré que les tapotements EFT réduisent significativement le cortisol, équilibrant ainsi l’activité entre les régions sympathiques et parasympathiques du cerveau pour produire un état émotionnellement équilibré qui favorise au mieux la santé et le bien-être.

*(Dawson Church, Garret Yount, Audrey Brooks, The Effect of Emotional Freedom Techniques (EFT) on Stress Biochemistry : A Randomized Controlled Trial -Journal of Nervous and Mental Disease – 2011).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *